Le temps des souvenirs: les sapins

Publié le par Abbé Rouger

Un sapin raconte

Nous étions des centaines, nous étions des milliers

Pour honorer Notre Dame d’Arliquet, nous avons été désignés .

Loin d’Aixe, en toute tranquillité nous avions poussé

Dans cette belle campagne limousine,un forestier, avec amour, nous avait plantés

Un jour, donc, on est venu nous ramasser

Soixante quinze gaillards, jeunes, moins jeunes, plus âgés

En un vrai convoi, ils sont arrivés, plein d’ardeur et de gaieté

 

Dans le village, ils ont débarqué

Apeurés, les habitants se sont renseignés :

« Quel ce débarquement qui vient troubler notre tranquillité ?

Ce n’est rien….c’est pour Notre Dame d’Arliquet

Ah bon, alors laissons les travailler

 


 

Et voilà nos soixante quinze gaillards dans le champ s’égailler

Chacun par deux nous ramassait.

Sur la route,en bas, il faut aller

En riant, ils descendaient !...

Quand un cri retentissant a été poussé

Pas en bas, mais en haut, il faut les amener

Nos soixante quinze gaillards, hardiment, la côte ont remonté

Quand un cri retentissant a encore été poussé :

Pas en haut, mais en bas, finalement il faut les amener

Nos soixante quinze gaillards, hardiment, la descente ont refait…

 

Les camions qui nous attendaient

Pendant ce temps ,s’étaient embourbés….

Pas grave, quelqu’un a lancé

Il y a bien un brave agriculteur qui va nous dépanner

Ce qui fut fait en effet,

Mais sur le chemin, un buffet avait été dressé

Pour soixante quinze ogres bien affamés .

Notre voisin paysan, a pensé

Qu’ils sont sympas, ces aixois de m’inviter à ce bon déjeuner

Il s’est donc arrêté pour en profiter.

Pendant ce temps, les chauffeurs attendaient,

Eux, n’avaient pas encore mangé !...

 

Et puis, un petit sapin que l’on n’avait pas ramassé

M’a raconté avoir vu des paumés

Seuls, dans le bois, ils étaient restés

Leur chemin ne pouvant retrouver

Il les a vu sur la route, remonter
Une voiture passera bien les chercher

Longtemps, ils ont poireautés…

Mais, finalement, on les a retrouvés

Et du casse-croûte, eux aussi, ils ont pu profiter.

 

Grâce à toutes ces bonnes volontés

Qui ont vécu une extraordinaire journée

Nous étions 2000 en fin de soirée

Ramassés, à Aixe arrivés, de milliers de fleurs nous fûmes décorés

Prêts à honorer Notre Dame d’Arliquet.

 

Qu’à l’image de nos forêts
Il y ait, dans le monde,

place pour les grands et les petits

et que, tous ensemble, soient aimés.


Merci Notre Dame d’Arliquet!



Publié dans Souvenirs

Commenter cet article