Béatitudes pour temps de crise

En ces temps de crises ces BÉATITUDES déjà parues dans « Le Sillon » paraissent intéressantes à méditer pour tous surtout pour nous chrétiens appelés, à cause même de notre foi, à pratiquer notre solidarité.

BÉATITUDES POUR TEMPS DE CHOMAGE

  • Bienheureux qui s’appauvrissent pour investir et créer des emplois, car ils accumulent
    des richesses dans le Royaume éternel.

  • Bienheureux ceux qui renoncent à cumuler les emplois qui ne leur sont pas nécessaires pour vivre dignement, car ils ont une place assurée dans le Royaume.

  • Bienheureux les fonctionnaires publics qui travaillent comme s’ils s’occupaient de leur propre affaire, qui facilitent les démarches et qui étudient sérieusement les problèmes: leur travail leur sera considéré comme sacré.

  • Bienheureux les travailleurs indépendants qui ne s’opposent pas à de justes réformes de leur profession; parce que mieux vaut faire la volonté de Dieu que plaire aux collègues.

  • Bienheureux les ouvriers et les employés qui préfèrent la création de postes de travail pour tous, plutôt que d’accumuler des heures supplémentaires et des primes pour eux-mêmes, parce qu’ils savent où est leur vrai trésor.

  • Bienheureux les banquiers, les courtiers, les commerçants qui ne profitent pas de la situation pour augmenter leurs gains, fût-ce de façon légale, parce qu’ils rendent un grand service à la Paix

  • Bienheureux les hommes politiques et syndicaux qui s’attachent à trouver des solutions réalistes au chômage, par-dessus les stratégies et les intérêts partisans, parce qu’ils accélèrent la venue du Royaume.

  • Bienheureux serons-nous tous,
    quand nous cesserons de dire : « si je ne tire pas profit de la situation, un autre le fera »,
    quand nous cesserons de penser : « quel mal y a-t-il à frauder, puisque tout le monde le fait ? »
    quand nous renoncerons à penser : « si la loi n’est pas violée, tout est permis » parce qu’alors la vie en société sera une anticipation du Royaume.

 

Mgr Torija, évêque de Ciudad (Espagne)

(extrait de la revue francophone des Compagnons de Saint François
« L’Appel de la route » août 1982)

Publié dans Béatitudes, Réflexions