Lettre pastorale 2002

Extrait de la lettre pastorale de Monseigneur Christophe Dufour pour les Ostensions 2002.

…que les Ostensions soient un temps de bonheur
pour tous ceux qui les vivront.

Qu’elles ravivent la solidarité de tout un peuple.

Qu’elles manifestent notre destinée commune par delà les clivages de toute nature qui fracturent dangereusement notre société.
J’ose exprimer le souhait que l’année des Ostensions soit pour tous une année de grâce, une année sainte, où soient fortifiées notre foi, notre espérance et notre fraternité dans la charité.


Nous sommes tous appelés à la sainteté.
....
Fidèles à une parole, fidèles à des valeurs, fidèles au bien commun, fidèles à un idéal de vie, fidèles à un message, fidèles à un amour, fidèles à Dieu, fidèles du Christ, amis fidèles...
C’est parce qu’ils sont fidèles que les saints limousins sont le roc du peuple qui a mis en eux sa confiance. A leur suite, nous reprenons le flambeau et le monde sera ce que nous en ferons.

....
TOUS APPELES A LA SAINTETE.
La sainteté est le fondement de la dignité de tout être humain. Si l’homme est respectable, c’est parce qu’il est saint. Ce qui donne à l’être humain son prix, c’est qu’il est le lieutenant de Dieu, tenant lieu du Dieu saint sur la terre. L’homme a été créé saint, à l’image de Dieu, dans l’Esprit Saint. Voilà pourquoi tous sont appelés à la sainteté. C’est l’appel que je ravive dans ce diocèse en cette année sainte des Ostensions.
....Le baptême fait résonner cet appel dans la vie du chrétien :
((A tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu» (Jn 1,12). L’enfant de Dieu est né du Dieu Saint. « Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit », disait Jésus à Nicodème (Jn 3,8). Tout un programme inscrit en l’homme en sa genèse!
Appelés à être ce que nous sommes.
Si la sainteté est ce que porte l’être humain dans le plus intime de lui-même, l’appel à la sainteté est un appel à être ce que nous sommes : des saints. Ainsi, la sainteté n’est pas à l’arrivée, elle est au départ Dieu nous a créés saints et il nous veut saints. La sainteté n’est pas comme la médaille d’or aux Jeux Olympiques, qui laisse dans l’ombre les perdants. Elle n’est pas comme une course où il y aurait les sélectionnés et les autres, les finalistes et les autres, les médaillés et les autres, le gagnant et les autres... Nous sommes tous des saints, tous premiers, parce que tous aimés et tous égaux dans le coeur de Dieu.

...
Ainsi la sainteté ne s’acquiert pas à la force des poignets, elle est d’abord un don. Nous sommes engendrés par Dieu, re-nés en Jésus-Christ. Nous sommes gravés à tout jamais par l’Esprit Saint d’amour du Père en Jésus-Christ.

Appelés à la sainteté au coeur du monde.
Appelés à la sainteté, nous sommes appelés à en laisser briller la lumière au coeur du monde... Mais ce qui brille aux yeux de Dieu n’est pas forcément ce qui brille aux yeux du monde. Ne nous laissons pas éblouir par les stars et les vedettes que produit la société de compétition dans laquelle nous vivons. L’Évangile nous apprend un autre regard. Aux premières places dans le coeur de Dieu, nous voyons les pauvres, les doux, ceux qui pleurent, les assoiffés de justice, les miséricordieux, les coeurs purs, les artisans de paix, tous ceux qui s’engagent sans peur du qu’en-dira-t-on, au risque de leur vie. «Heureux sont-ils !» (Mt 5, 1-12). La sainteté vécue au coeur du monde est un humble chemin de service et de bonté.

Publié dans Réflexions